OuiFM

Si vous me suivez sur Facebook, vous avez été averti que je préparais quelque chose d’inédit sur ce blog. En effet, il y a quelque temps j’ai été contacté par OuiFM pour réaliser un gâteau à l’image la radio et pour être interviewé. Si vous avez également lu ma dernière petite parenthèse, vous savez qu’on m’a proposé plusieurs partenariats/collaborations que j’ai (malheureusement) été obligée de refuser, ne pouvant pas les honorer faute de temps libre. Cependant, une proposition comme celle que m’a fait OuiFM, ça ne se refuse pas ! :p Je suis une grande fidèle de cette radio depuis mon adolescence de rockeuse en Vans et hoodie – si j’étais passée à côté de ça je m’en serais voulu toute ma vie !

Capture d’écran 2015-03-18 à 17.36.43
J’ai donc été invitée dans les locaux de la radio pour apporter le gâteau que j’avais préparé et pour répondre aux questions de l’adorable Marie à propos de mon blog et de mes goûts musicaux. J’ai passé un super moment et j’ai été touchée par les compliments que m’ont fait les animateurs et autres membres de l’équipe :) Et je dois avouer que de voir mon gâteau avoir son propre photoshoot, comme une vraie rockstar, ça a été quelque chose d’assez émouvant (je n’ai pas pu m’empêcher de prendre des photos de la scène).

IMG_2539
En ce qui concerne le gâteau en lui même, je vais quand-même vous expliquer comment je m’y suis prise.
– Tout d’abord, il fallait que je trouve une recette assez simple et rapide (j’ai dû me mettre aux fourneaux entre deux journées de cours assez chargées). J’ai fini par opter pour une valeur sûre : mon marbré.
– Je l’ai ensuite tartiné de Nutella pour pouvoir y coller de la pâte à sucre rouge.
– J’ai imprimé le logo de la radio sur une feuille de papier pour y découper les lettres en pâte d’amande blanche. C’était d’une précision chirurgicale et c’est peu de le dire puisque j’ai utilisé un scalpel pour que la découpe soit la plus nette possible.
– J’ai posé les lettres sur le gâteau et pour m’assurer qu’elles ne bougeraient pas, je les ai légèrement humidifiées avant de les disposer au bon endroit.
En soit, je n’ai rien fait de bien folichon, mais le résultat a plu et c’est ce qui est le plus important !

Un grand merci à toute l’équipe de OuiFM pour son hospitalité et tout particulièrement à Marie pour m’avoir invitée dans son émission !

Capture d’écran 2015-03-18 à 17.00.49
(P.S : vous avez maintenant un visage à associer au nom de mon blog ;) )

A bientôt,
Sabrina.

Petite parenthèse #2

Bonjour les Chouquettes !

Comme promis, voilà un article explicatif quant à mon absence sur ce blog.

Comme je vous le disais dans ma première parenthèse, j’ai repris mes études en m’inscrivant dans un CFA dans le but de passer mon CAP Pâtissier en alternance cette année. La pâtisserie n’est donc plus seulement un passe-temps pour moi, elle est devenue mon métier. Elle occupe une bonne partie de mes journées, de mes semaines. Aussi, l’explication la plus logique que je pourrais vous apporter, c’est en vous disant que lorsque je rentre chez moi après le travail, je n’ai pas envie de me remettre aux fourneaux. Idem pendant les week-ends.
Je pourrais cependant apporter une nuance à ces propos : j’éprouve toujours autant de plaisir à pâtisser chez moi, je le fais même assez souvent. « Pourquoi ne pas publier plus souvent des articles ? », me direz-vous. Eh bien parce que ce n’est pas le fait de faire des gâteaux qui m’a découragée ces derniers temps, c’est plus simplement le fait de devoir ensuite prendre mes réalisations en photo, de trouver le bon angle, le bon cadrage, la bonne lumière, et surtout de taper l’article (mine de rien, tout ça prend beaucoup de temps et de concentration pour essayer d’être la plus claire possible). Je peux aussi vous dire que de devoir faire la vaisselle et de ranger ma cuisine après avoir fini, c’est pas l’idée la plus réjouissante du monde. Pour en revenir au sujet de ma cuisine, le fait de travailler dans un laboratoire professionnel avec du matériel professionnel et des ingrédients de bonne qualité, ça rend le fait de travailler à domicile beaucoup moins pratique. Si je peux me permettre de me plaindre un petit peu et de faire un peu de snobisme, ma cuisine n’est plus assez bien pour moi et mes habitudes. Dans le sens où au travail ou à l’école je dispose d’un grand plan de travail en granit, de fours qui chauffent bien, de kilos de sucre, de farine, de litres de lait et d’œufs liquides, et d’ustensiles de qualité, alors que chez moi mon plan de travail se réduit à une soixantaine de centimètres carrés en bois ou plastique ou jenesaisquellematière, j’ai un four capricieux et des matières premières que je trouve dans mes placards quand je n’oublie pas de les noter sur la liste des courses (les ustensiles restent les mêmes qu’au travail, puisque je travaille avec mon propre matériel). Je pense que vous voyez où je veux en venir. Ce qui ne me posait aucun problème il y a quelques mois devient assez problématique maintenant que mon rapport et mon regard sur la pâtisserie a changé.
Voilà l’explication la plus honnête que je peux vous apporter et qui pourrait se résumer à : flemme et manque de moyens pratiques.

Sinon, puisque je vous tiens et si ça vous intéresse, je peux continuer à vous parler de moi en vous faisant un petit condensé de ce qui s’est passé dans ma vie depuis la dernière fois.
– L’école me plaît toujours autant et les gens de ma classe sont vraiment super. Je ne pouvais pas espérer une meilleure classe ! On se sert les coudes et se soutient pendant les petits coups de mou. Je vous avouerais aussi que l’une des raisons pour lesquelles les articles ont manqué, c’est parce que je passe pas mal de mon temps libre à faire la fête avec eux *oups*.
Les profs nous communiquent leur passion et nous motivent vraiment pendant cette formation.
Niveau notes, je ne vais pas me plaindre, j’ai obtenu les compliments lors du conseil de classe. Oui, oui, j’ai eu un conseil de classe j’y ai assisté parce que même que je suis déléguée suppléante, eh ouais ! (mais je préfère qu’on m’appelle la Première Dauphine).
– J’ai eu la chance, cette année encore (enfin en novembre dernier), d’assister à la cérémonie des Golden Blogs Awards, mais j’ai un peu moins apprécié cette édition. J’ai trouvé les remises de prix bâclées et expédiées et j’ai donc préféré passer ma soirée du coté bar&buffet à volonté. Héhé.
J’en profite pour passer un message d’amour désespéré auprès du photographe du stand Orange pour qui j’ai eu un coup de foudre ;)
– J’ai réalisé un de mes plus grands rêves : rencontrer Philippe Conticini, mon « Papatissier ». J’ai eu l’idée un peu folle de lui faire signer mon carnet de correspondance (oui, ça aussi j’y ai eu le droit en retournant à l’école :p). Il a accepté en rigolant et j’ai maintenant ses mots d’encouragements qui me reboostent quand j’ai une baisse de moral. J’ai aussi pu lui dire que je l’admirais et il m’a mise en garde quant au fait que sa femme était jalouse. Ah…
– On m’a proposé plusieurs partenariats avec mon blog que j’ai malheureusement dû refuser, sachant que je n’aurais pas de temps à y consacrer.
– J’ai pu me rendre compte que la pâtisserie n’était pas un métier de tout repos. Il faut accepter la fatigue physique, le fait de se lever tôt, de porter des charges lourdes, d’être debout toute la journée, de ne pas voir la lumière du jour, de travailler dans le bruit des diverses machines. Les coupures, les brûlures et les égratignures sont très fréquentes. J’en suis même arrivée au fait de me faire mettre en arrêt de travail à cause d’une tendinite au poignet que j’ai laissé trainer pendant trop longtemps, pensant *naïvement* qu’elle finirait par partir. Au bout de près de deux mois de douleur j’ai été consulter… résultat : arrêt, atèle, anti-inflammatoires et séances de kiné. Et les séances l’ostéopathie pour me débloquer le dos sont devenues indispensables.
La pâtisserie, c’est pas pour les fillettes !
– J’ai dû changer quatre fois de maître d’apprentissage (tout en restant dans la même entreprise), pour diverses raisons. L’avantage : j’ai eu quatre points de vue et quatre techniques différentes. L’inconvénient : j’ai eu quatre points de vue et quatre techniques différentes.
– J’ai découvert des tonnes de bonnes adresses de pâtisseries pour se régaler !
– Je n’ai pas encore réussi à déterminer si mes pantalons rétrécissaient ou si c’était moi qui m’élargissais ;)

Maintenant, vous savez tout (ou presque). J’espère que vous y voyez plus clair et que vous comprenez pourquoi je n’étais plus présente sur mon blog. J’espère également pouvoir revenir plus souvent, mais je ne peux pas me permettre de vous en faire la promesse.

A bientôt,
Sabrina.

 

Financiers

Financiers.

Financiers.

Non, vous ne rêvez pas, c’est bel et bien un nouvel article que voilà sur ce blog !
J’avoue que depuis Octobre et depuis que je vous avais promis que je n’abandonnais pas ce blog, j’ai à peu près fait tout l’inverse et je m’en excuse. J’imagine que vous avez parfaitement réussi à trouver des recettes sur d’autres blogs, je ne m’en fais pas pour vous ;) Cependant, je pense que je vous dois quelques explications et vous les aurez dans autre article, car trêves de blablabla, attaquons les choses sérieuses !

Aujourd’hui je vous propose une recette assez simple, rapide et qui ne demande pas grand-chose, parce qu’en ce dimanche après-midi, la motivation de bloguer retrouvée, je me rends compte que je n’ai quasiment rien dans mon frigo hormis deux œufs et du beurre. MAIS j’ai quand même pu faire quelque chose. Ce quelque chose, ce sont des financiers. Des mini financiers pour ma part, parce que mes deux pauvres œufs ne me permettaient pas de faire des masses de financiers de taille normale. J’ai pu faire précisément 9 mini financiers, mais pas de panique, j’ai adapté la recette pour que vos invités ne se battent pas pour goûter aux vôtres. Je pense qu’avec les quantités indiquées plus bas, vous pourrez en tirer une bonne dizaine de normaux. Après tout dépend de vos moules et de la quantité d’appareil à financier que vous y mettez ;)

Liste des courses
:
– 190gr de sucre.
– 80gr de poudre d’amande.
– 80gr de farine.
– 160gr de blancs d’œufs (4 à 5 œufs).
– 2gr d’extrait de vanille.
– 160gr de beurre.
– quelques amandes effilées pour la déco.

Au boulot !
– Préchauffez votre four à 180°.

– Commencez à faire fondre le beurre pour le rendre noisette : il faut qu’il ait une couleur légèrement dorée et une odeur de noisette.

– Mélangez les matières sèches ensemble : le sucre, la poudre d’amande et la farine.
Si vous utilisez un robot, utilisez la feuille, et si vous faites cette recette à la main, utilisez une maryse.

– Ajoutez les blancs d’œufs et l’extrait de vanille aux matières sèches et mélangez.

– Quand le beurre est noisette et que les blancs sont parfaitement incorporés, versez le beurre dans la préparation et mélangez à nouveau.

– Versez l’appareil dans vos moules. Personnellement, j’ai utilisé une poche à douille parce que ça évite d’en mettre partout et on contrôle mieux la quantité qu’on verse :)
Parsemez vos financiers avec des amandes effilées (je n’en avais plus, donc j’ai coupé des amandes).

– Enfournez pendant 15 à 30minutes, dépendamment de vos moules. Vérifiez régulièrement la cuisson avec cette bonne vieille astuce du cure-dent ou du couteau planté dans le gâteau ;)

Et voilààà !!
C’était pas si terrible que ça !
J’espère que cette recette (et mon retour) vous aura plu et n’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ces financiers lors de la dégustation :)

Je vous dis à très bientôt, sans vous promettre de date précise. Cependant, je peux vous promettre que je publierai un article « explicatif » dans la semaine. Promis, juré, craché même !

Rainbow cake – Génoise ⭐︎ Type CAP Pâtissier ⭐︎

IMG_1714 002Happy Blogsday OverTheRainbowCake!

Happy Blogsday OverTheRainbowCake!

Il y a quelques jours j’ai eu une notification un peu particulière en me connectant sur mon blog : il a fêté son premier anniversaire !Ça fait un bout de temps que je pense à l’article que je pourrais vous préparer à cette occasion. A vrai dire, j’ai eu l’idée un peu après avoir publié mes premiers articles. Ça fait donc près d’un an que j’attends de vous faire un rainbow cake à l’image de mon logo ! C’est vrai que c’était un peu bizarre d’attendre aussi longtemps avant d’en faire un alors que c’est le nom de mon blog, mais il fallait quand même trouver l’occasion idéale pour ça :)

En plus de ça, ça me permet également de vous donner une nouvelle recette type CAP Pâtissier.
En effet, j’étais en cours toute la semaine dernière et on a vu la génoise (et d’autres recettes, évidemment) et j’ai donc décidé de faire ce rainbow cake en utilisant de la génoise, puisque c’est simple à faire, ça ne coûte pas cher et c’est plutôt rapide. Vous pouvez bien sur trouver des tonnes de recettes de rainbow cakes sur le net, mais comme je l’ai dit plus haut, j’ai eu envie de vous présenter une recette type CAP :)

J’ai donc sorti mon carnet de notes et j’ai multiplié la recette par trois : on trouve 6 couleurs dans un rainbow cake et une portion normale sert à faire deux couleurs. Pour des raisons de logistique interne, je n’ai pas pu tout faire d’un coup, mais je l’ai fait en 3 fois.
Pour information, j’ai utilisé un moule à manquer de 20cm de diamètre.

Liste des courses :
Pour la génoise : (recette à faire en 3 fois, donc.)
– 3 œufs. (donc 9 œufs au total)
– 90gr de sucre (donc 270gr au total)
– 90gr de farine (donc 270gr au total)
– de l’arôme de vanille.
– des colorants alimentaires violet, bleu, vert, jaune, orange et rouge… ou a vous de faire des mélanges de couleurs primaires ;)

Pour le montage :
– 80gr de beurre mou.
– 150gr de sucre glace.
– 300gr de Philadelphia.
– 400gr de pâte-à-sucre.

Au boulot !
La génoise : (à vous de voir si vous voulez tout faire d’un coup ou en plusieurs fois comme moi, mais dans tous les cas la procédure est la même.)
– Réalisez vos pesées, tamisez la farine et préchauffez le four à 200°.

– Mettez de l’eau à bouillir pour réaliser un bain-marie. Quand l’eau arrive à ébullition, coupez le feu.
Mettez de l’eau froide dans grand saladier ou une casserole, elle servira à refroidir la préparation par la suite.

– Cassez les œufs dans un cul-de-poule et ajoutez-y le sucre ainsi que la vanille. Battez-les sur le bain-marie jusqu’à ce que le mélange triple de volume. Vous pouvez utiliser un batteur électrique, mais à l’école on fait ça à la main, essayez de jouer le jeu ! ;)

– Quand le volume a triplé, déplacez le cul-de-poule vers le contenant d’eau froide et battez encore jusqu’à ce qu’il ait refroidi.

– Ajoutez la farine en une fois et incorporez-la délicatement à la maryse. Ne travaillez pas trop l’appareil au risque de le faire retomber. Dès que vous ne voyez plus de farine, arrêtez immédiatement.

– Séparez l’appareil en deux ou en six portions de poids égal (dépendamment de la technique que vous aurez adopté) et colorez chacune d’elles aux couleurs de l’arc-en-ciel.

– Versez alors une première couleur dans votre moule (beurré et fariné) et enfournez pendant une dizaine de minutes. Surveillez bien la cuisson, ça peut brûler assez rapidement !
Faites de même pour les autres couleurs.
Si vous avez plusieurs moules de la même taille, ce sera plus pratique, sinon vous aurez besoin de faire 6 fournées différentes.

Le montage :
– Battez le beurre avec le sucre glace jusqu’à ce que le mélange devienne crémeux, puis ajoutez-y le Philadelphia et battez à puissance maximale pour bien serrer le glaçage.

– Étalez une couche de glaçage sur la première génoise et déposez la seconde dessus et recommencez la même opération pour les autres génoises.
Étalez ensuite du glaçage sur les côtés du gâteau et placez-le au congélateur pendant une quinzaine de minutes.
Étalez une nouvelle couche de glaçage, elle servira à faire tenir la pâte-à-sucre.

– Abaissez la pâte-à-sucre et placez-la sur le gâteau.

– Pour réaliser le nœud, je vous invite à regarder des tutos sur YouTube parce que ce serait trop brouillon pour moi de vous  l’expliquer par texte :)

J’espère que cette recette vous plait parce que j’ai pris beaucoup de plaisir à la réaliser.
Je tiens à tous vous remercier, que vous me suivez depuis maintenant un an ou depuis mon dernier article. Je suis vraiment heureuse d’avoir réussi à tenir ce blog depuis un an et j’espère pour le continuer encore longtemps !
N’hésitez pas à me suivre sur Facebook et sur Instagram et à me dire en commentaire quelle(s) recette(s) vous aimeriez me voir réaliser ! N’oubliez pas de voter pour OverTheRainbowCake sur le site des Golden Blog Awards. Merci à tous et à très bientôt !

Tarte aux pommes ⭐︎ Type CAP Pâtissier ⭐︎

Tarte aux pommes

Tarte aux pommes type CAP Pâtissier.

Comme vous l’avez peut-être lu dans mon article précédent, j’ai décidé de passer mon CAP Pâtissier cette année. N’ayant pas eu énormément de temps libre pour réfléchir à une recette originale à vous proposer j’ai pensé que je pourrais vous montrer ce que j’ai appris pendant mon premier cours de pratique : une tarte aux pommes. Rien de bien original là-dedans comme je vous l’ai dit, mais étant donné que la recette est bonne, pourquoi s’en priver ? ;) De plus, c’est souvent avec les recettes les plus simples qu’on en apprend le plus.

Liste des courses :
Pour la pâte à foncer : (pâte brisée qui peut aussi bien servir pour une recette sucrée que salée.)
– 250gr de farine.
– 125gr de beurre.
– 15gr de sucre.
– 5gr de sel.
– un œuf.
– plus ou moins 30gr d’eau (en fait, en mélangeant l’œuf et l’eau on doit arriver à un mélange de 80gr).

Pour la garniture :
– de la compote de pommes (200gr pour un cercle de 20cm, 220gr pour un cercle de 22cm, 240gr pour 24cm, etc…).
– 4 à 5 pommes.

Au boulot !
La pâte :
– Sur le plan de travail, sablez (mélangez) la farine et le beurre en les frottant ensemble avec le bout des doigts. Quand la consistance est semblable à celle du sable, formez un puits d’un diamètre assez large et des bords assez haut pour éviter tout débordement pendant la prochaine étape ;)

– Dans le puits versez le sucre, le sel, l’œuf et l’eau. Toujours avec le bout des doigts, mélangez et ramenez un peu de farine vers le centre du puits pour commencer à former une pâte.
Pétrissez quelques instants puis mélangez le reste de la farine. Pour éviter d’avoir une pâte trop élastique (et infernale à étaler par la suite) vous pouvez finir de la travailler en utilisant une corne ou un coupe-pâte.

– Formez une boule (pas la peine de la faire parfaitement ronde et homogène) puis fraisez-la : écrasez-la sur le plan de travail avec la paume de la main pour finir d’incorporer parfaitement le beurre dans la pâte.

– Reformez une boule, aplatissez-la, filmez-la et placez-la au frigo pendant une trentaine de minutes. Pendant ce temps, préparez la garniture.

– Après ces trente minutes, étalez la pâte, piquez-la à l’aide d’une fourchette et foncez-la dans votre cercle à tarte que vous aurez beurré (les trous vers l’extérieur pour une meilleure répartition de la chaleur pendant la cuisson).

– Préchauffez le four à 180°.

La garniture :
– Pendant que la pâte est au frigo, pelez les pommes, coupez-les en deux et pensez à enlever les trognons.
Coupez de fines tranches dans le sens de la hauteur (perpendiculairement au trognon quoi ;) )

– Préparer la bonne quantité de compote et versez-la dans le fond de tarte.

– Disposez les pommes sur la compote. Pour une recette plus gourmande, finissez en ajoutant quelques morceaux de beurre sur les pommes et en les saupoudrant de sucre.

– Enfournez de 1h15 à 1h30 à 180°.

– Vous pouvez finaliser la tarte en y ajoutant du nappage.

Voilà avec quoi on démarre en CAP Pâtissier :)
On commence soft, mais aux deux prochains cours de pratique on aura le droit aux croissants, pains au chocolat, tarte abricot-pistache, tarte Bourdaloue, génoise et biscuit cuillère. Rien que ça !

En attendant le prochain article, continuez à me laisser des idées de recette en commentaire et surtout, pensez à voter pour que mon blog participe aux Golden Blog Awards. Merci et à très bientôt !

Petite parenthèse #1

Bonjour les Chouquettes !

Je vous dois quelques explications et des précisions sur ce qui se passe dans ma vie et sur ce blog ces derniers temps. Comme je l’ai évoqué dans plusieurs articles précédents (cette recette et ce haul) ou sur Facebook, j’ai entrepris de reprendre mes études et de passer le CAP Pâtissier cette année. Je me suis donc inscrite dans un CFA en formation post-bac pour passer l’examen en un an. C’est une formation en alternance, j’oscille donc entre l’entreprise et l’école ce qui ne me laisse pas énormément de temps libre à consacrer à ce blog. Mais que ce soit clair,  je ne l’arrête pas pour autant! Cependant, il y aura sûrement moins d’article, peut-être plus un chaque semaine, mais j’essayerais de faire de mon mieux pour le mettre à jour le plus régulièrement possible. Le type d’article va peut-être changer, dans le sens où je n’aurais peut-être plus l’occasion de vous servir des desserts très originaux, je vous proposerais peut-être plutôt des recettes que je verrai en cours (ça me servira de révision par la même occasion :p ). Peut-être que je vous parlerais plus souvent d’adresses où aller déguster de bonnes pâtisseries…
Vous remarquerez que j’emploie pas mal le conditionnel car, pour être franche, je ne sais pas encore quelle tournure les choses vont prendre. J’espère simplement que mon blog continuera à attirer votre attention et qu’il continuera à vous plaire :)

Petite parenthèse dans la parenthèse :
Vous vous souvenez peut-être que l’année dernière j’avais écrit un article sur la cérémonie des Golden Blog Awards et j’évoquais l’idée de m’y inscrire à la prochaine édition. C’est chose faite ! Vous pouvez dès maintenant voter et soutenir OverTheRainbowCake en cliquant ici. N’hésitez pas à voter tous les jours, je ne vous en voudrai pas le moins du monde ;)

Sachez que ma prochaine recette est déjà prête et que l’article sera publié demain.
A bientôt !
Sabrina.

Moka praliné

Moka praliné.

Moka praliné.

A l’heure où vous lisez cet article je suis en train de faire ma première journée en tant qu’apprentie pâtissière dans une super boutique dans le 8ème arrondissement de Paris ;) Ceci est donc ma dernière recette en tant que simple amateur !
Je vous propose la recette du moka praliné que j’ai trouvé sur Les recettes de Ratiba. Ce gâteau m’a vraiment tapé à l’œil de part sa jolie présentation (que je n’ai pas refait) et de part le fait d’ajouter du pralin à la recette du moka classique. N’étant pas une amoureuse du café, le pralin était un bon compromis !

Liste des courses :
Pour la génoise :
– 5 œufs.
– 200gr de sucre.
– 150gr de farine.
– 50gr de Maïzena.
– une pincée de sel.

Pour le pralin maison :
– 130gr de sucre.
– 130gr d’amandes (entières).

Pour la crème au beurre au café : (ces proportions suffisent si vous ne souhaitez pas faire un décor en crème avec des douilles, sinon, doublez-les.)
– 2 œufs.
– 220gr de sucre glace.
– 250gr de beurre pommade (en gros, une plaquette entière… gloups!)
– une cuillère à café de café diluée dans un petit peu d’eau chaude.

Pour le sirop d’imbibage :
– 200gr de sucre.
– 200gr d’eau chaude.
– 2 cuillères à café de café.

Au boulot !
La génoise :
– Préchauffez le four à 170°.

– Battez les œufs et le sucre pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce que le mélange triple de volume.

– Tamisez ensemble la farine et la Maïzena, puis versez le tout sur le premier mélange et travaillez délicatement à l’aide d’une maryse. La farine doit être entièrement incorporée sans faire retomber l’appareil.

– Versez dans votre moule et enfournez pendant une vingtaine de minutes, mais gardez un œil sur la cuisson !
Laissez refroidir.

Le pralin :
– Coupez grossièrement les amandes et placez-les dans une casserole avec le sucre. A feu doux, faites un caramel en remuant de temps en temps pour enrober les amandes.

– Une fois que le caramel est formé et que les amandes sont parfaitement enrobées, versez le pralin sur une feuille de papier sulfurisé et lissez avec une spatule ou une maryse.

– Laissez refroidir complètement.

– Passez rapidement au mixeur. On veut garder des morceaux et on ne veut pas le réduire entièrement en poudre.

La crème au beurre :
– Au bain-marie, battez les œufs avec le sucre glace jusqu’à ce que le mélange double de volume puis retirez du bain-marie.
Continuez à battre pendant vingt bonnes minutes (minimum) jusqu’à ce que l’appareil soit à la même température que le beurre.
(Si les deux ingrédients n’ont pas la même température on aura un choc thermique qui fera grainer le beurre, c’est-à-dire qu’il formera des espèces de grumeaux tout pas bon !)

– Assurez-vous que le beurre soit bien mou et travaillez-le à la spatule pour le rendre pommade puis ajoutez-le petit à petit au premier mélange et n’arrêtez pas de battre.

– Ajoutez le café et vous pouvez également ajouter la partie la plus fine du pralin.

Le sirop :
– Faites chauffer l’eau, ajoutez-y le café et le sucre et laissez refroidir.

Le montage :
– Coupez la génoise en trois parties de taille égale et imbibez le dessus de chaque partie avec le sirop.

– Étalez une fine couche de crème au beurre (si la couche est trop épaisse, le gâteau deviendra écœurant et ce serait dommage ;) ) et parsemez de la moitié du pralin. Recommencez l’opération avec la deuxième tranche de génoise et placez la dernière couche dessus.

– Finalement, étalez le reste de la crème sur le dessus et les contours du gâteau et décorez à votre gout.

C’était la première fois que je faisais un moka (et que j’en goûtais un d’ailleurs !) puisque, comme je l’ai dit plus haut, je ne suis pas fan du café et pourtant j’ai été conquise :)
N’hésitez pas à me suivre sur Facebook et sur Instagram et à me dire en commentaire quelle(s) recette(s) vous aimeriez me voir réaliser !

Roudoudous

Roudoudous.

Roudoudous.

Après avoir pris quelques jours de vacances au calme, loin de la capitale, je suis revenue avec quelques idées pour mes prochains articles. Celui d’aujourd’hui est une recette de bonbons bien connus pour « qui nous couper les lèvres et nous niquer les dents » d’après Renaud.
J’ai pensé à faire des Roudoudous en me promenant sur la plage et en voyant ces coquillages vides. J’en ai ramassé une poignée, et hop, voilà la recette !

Liste des courses : (pour une dizaine de bonbons)
– 100gr de sucre.
– 2 cuillères à soupe de miel.
– 2 cuillères à soupe de sirop (style grenadine, menthe, pèche…) ou quelques gouttes d’arôme.
– du colorant.
– une dizaine de coquillages ramassés sur une plage Bretonne. Leur provenance est très importante pour cette recette ! ;)

Au boulot !
– Lavez les coquillages pour les débarrasser de leur grains de sable, algues ou autres impuretés (utilisez une brosse à ongles pour plus d’efficacité). Placez-les dans une casserole pleine d’eau et faites les bouillir entre 5 et 10 minutes pour être sûr qu’il ne reste rien de dangereux pour la santé.

– Versez le sucre dans une casserole pour faire un caramel. Lorsque le caramel commence à blondir, ôtez la casserole du feu et ajoutez alors  le miel, le sirop et le colorant.

– Bloquez les coquillages en plaçant une fourchette en dessous ou en les plaçant sur du riz.

– Versez le caramel dans les coquillages et laissez refroidir.

N’hésitez pas à me suivre sur Facebook et sur Instagram et à me dire en commentaire quelle(s) recette(s) vous aimeriez me voir réaliser :) !

Delice aux noix

Délice aux noix.

Délice aux noix.

Aujourd’hui je vous propose un gâteau plutôt simple à réaliser, mais très très bon ! (en même temps vous pouvez me demander quel serait l’intérêt de vous proposer une recette pas bonne…)

Liste des courses :

Pour le gâteau :

– 250gr de noix (sans la coquille).

– 6 œufs.

– 180gr de sucre en poudre.

– 100gr de Maïzena.

– 2 cuillères à soupe de rhum brun.

Pour le glaçage :

– 150gr de sucre glace.

– 1 cuillère à soupe d’eau.

– 2 cuillères à soupe d’extrait de café.

Au boulot !

Le gâteau :

– Préchauffez le four à 190°.

– Passez brièvement les noix au mixeur.

On ne veut pas les réduire en poudre, juste en faire des morceaux plus petits. Vous pouvez aussi simplement les couper au couteau si vous voulez maîtriser la taille des morceaux.

– Battez les jaunes d’œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajoutez-y la Maïzena, le rhum et les noix. Mélangez jusqu’à ce que l’appareil soit bien homogène.

– Battez les blancs en neige pour qu’ils soient très fermes.

Prélevez-en deux cuillerées et ajoutez-les au premier mélange sans faire spécialement attention, simplement pour délayer la pâte, puis ajoutez le reste avec plus de délicatesse.

– Versez l’appareil dans votre moule (préalablement beurré) et enfournez à mi-hauteur pendant 50 minutes.

Laissez refroidir avant d’appliquer le glaçage.

Le glaçage :

– Mélangez le sucre glace avec l’eau, puis l’extrait de café. Le résultat doit être épais, mais coulant. Rajoutez donc du sucre glace ou de l’eau si nécessaire.

Étalez sur le gâteau et décorez

Pour la décoration j’ai utilisé quelques noix, mais aussi deux petites noisettes bien qu’il n’y en ai pas dans la recette. Je trouvais que ça faisait joli ! Cela dit, il est tout à fait possible de faire ce gâteau en utilisant des noisettes à la place des noix, ou encore de faire fifty-fifty.

J’ai réalisé cette recette l’année dernière. Elle provient du Petit Larousse Pâtissier. Un très bon ouvrage que je vous recommande ;)

N’hésitez pas à me suivre sur Facebook et sur Instagram et à me dire en commentaire quelle(s) recette(s) vous aimeriez me voir réaliser :) !

Tarte Infiniment Vanille de Pierre Hermé

Tarte Infiniment vanille.

Tarte Infiniment vanille.

Aujourd’hui je vous propose du lourd. Du très lourd même : la tarte Infiniment Vanille de Pierre Hermé. Elle porte bien son nom parce qu’on retrouve de la vanille dans pratiquement tous les éléments qui la composent. Il ne vous faudra pas moins de sept à huit gousses de vanille au total, sans parler de l’extrait de vanille et de la vanille en poudre. Elle est en effet composée d’une pâte sablée-sucrée à la vanille, d’une ganache au chocolat blanc et à la vanille, d’un biscuit cuillère imbibé d’un sirop à la vanille, d’une crème à la vanille, d’un glaçage à la vanille et de poudre de vanille pour les finitions. Vanille ? Vous avez dit « vanille » ? Je ne vois pas de quoi vous voulez parler…
C’est une tarte assez technique, longue à faire et plutôt onéreuse (la vanille coûte cher !). Elle n’est donc peut-être pas à la portée de tous les pâtissiers amateurs, mais elle se tente !

Pour la recette j’ai suivi le rétro-planning et les conseils de Mercotte ainsi que la recette trouvée sur le blog de Sucrissime. J’ai donc étalé la conception sur plusieurs jours. C’est bien moins stressant et moins fatiguant que de tout faire le jour même, surtout que certaines étapes demandent un temps de repos assez important. Je vous conseille donc de prévoir au moins trois jours pour suivre cette recette. Ah bah oui, je vous avais prévenu, c’est du lourd !

La liste des ingrédients et le nombre d’étapes risquent de vous faire tourner la tête, mais il faut s’accrocher. Je reste persuadée qu’aucune recette n’est vraiment compliquée quand on suit bien les instructions :)
Courage ! Empoignez votre maryse bien fermement et c’est parti !

Liste des courses :
Pour la pâte-sablée-sucrée à la vanille :
– 150gr de beurre doux.
– 30fr de poudre d’amandes.
– 100gr de sucre glace.
– 1 gousse de vanille.
– 60gr d’œuf (soit 2 gros œufs).
– 1gr de fleur de sel.
– 250gr de fleur de sel.

Pour la crème anglaise à la vanille :
– 500gr de crème liquide entière.
– 2 gousses de vanille.
– 100gr de jaunes d’œufs (soit entre 5 et 6 jaunes).
– 130gr de sucre.
– 5 feuille de gélatine.

Pour la crème de mascarpone à la vanille :
– 300gr de mascarpone.
– 450gr de crème anglaise à la vanille réalisée juste avant.

Pour le sirop d’imbibage à la vanille :
– 100gr d’eau.
– 2 gousses de vanille.
– 2gr d’extrait de vanille liquide.
– 50gr de sucre.
– 5gr de rhum brun.

Pour le biscuit cuillère :
– 70gr de blancs d’œufs (soit 2 gros œufs, gardez les jaunes).
– 45gr de sucre semoule.
– 40gr de jaunes d’œufs (soit les 2 jaunes gardés juste avant).
– 25gr de farine.
– 25gr de maïzena.

Pour la ganache au chocolat blanc et à la vanille :
– 230gr de crème liquide entière.
– 2 gousses de vanille.
– 4gr d’extrait de vanille.
– 1gr de vanille en poudre.
– 250gr de chocolat blanc.

Pour le glaçage à la vanille :
– 100gr de chocolat blanc.
– 30gr de sucre.
– 1gr de pectine (NH).
– 60gr d’eau.
– 50gr de crème liquide.
– 1/4 de gousse de vanille.
– 4gr de poudre de dioxyde de titane (paniquez pas, c’est le nom savant du colorant blanc ;) ).
+ de la vanille en poudre pour les finitions. Personnellement j’ai utilisé un moulin à vanille, mais vous pouvez utiliser une gousse de vanille mixée.

Au boulot !
La pâte : J-3
– Avec un batteur, crémez le beurre avec le sucre glace pendant quelques secondes et ajoutez la poudre d’amandes, le sel, la vanille mixée et tamisée.
Battez quelques instants avant d’ajouter les œufs battus. Battez encore un peu et finissez par ajouter la farine petit à petit.
Ne travaillez pas trop la pâte au risque de la rendre cassante par la suite, mais travaillez-la suffisamment pour pouvoir former une boule et placez cette boule au frigo pendant 2 heures. (Je vous conseille de profiter de ce temps pour réaliser la crème anglaise.)

– Sortez la pâte du frigo, abaissez-la et foncez votre cercle à tarte puis placez-le au frigo pendant au moins 45 minutes.
Personnellement je l’ai laissé toute la nuit et j’ai cuit mon fond de tarte le lendemain.

– Préchauffez le four à 190° et enfournez pendant 15 minutes.

La crème anglaise : J-3
– Faites tremper la gélatine dans l’eau froide pendant une vingtaine de minutes.

– Mixez la vanille avec 30gr de sucre.

– Dans une casserole, mélangez les jaunes d’œufs, la vanille mixée et tamisée, les 100gr de sucre restants et la crème.
Mettez la casserole sur le feu et faites cuire la crème jusqu’à 84° puis retirez du feu.

– Hors du feu, ajoutez la gélatine essorée.

– Mixez le tout et laissez refroidir au réfrigérateur.

La crème de mascarpone : J-3
– Au batteur, battez quelques secondes le mascarpone pour le rendre souple. Versez un petit peu de crème anglaise et continuez de battre.
Tout en faisant monter la crème, versez délicatement le reste de crème anglaise.

– Prenez un cercle à tarte légèrement plus petit que celui que vous avez utilisé pour votre fond de tarte et filmez le fond avec plusieurs couches de film alimentaire bien étiré. (De mon côté, n’ayant pas d’autre cercle à tarte plus petit, j’ai utilisé un moule à charnière que j’ai ouvert pour avoir le diamètre souhaité.)
Chemisez les parois avec du rhodoïd, ou bien une feuille guitare, ou du papier sulfurisé si vous n’avez rien de tout cela.

– Versez la crème de mascarpone dans le cercle et placez au congélateur jusqu’à la complète de la recette.

( Cuire le fond de tarte : J-2)

Le sirop d’imbibage : J-2
– Dans une casserole, versez l’eau, le sucre, la gousse de vanille fendue et grattée, puis portez le tout à ébullition et laissez infuser pendant une trentaine de minute.

– Ajoutez ensuite l’extrait de vanille et le rhum.

– Conserver le sirop au frais, dans une boite hermétique, jusqu’à son utilisation.

Le biscuit cuillère : J-2
– Préchauffez le four à 200°.

– Commencez à monter les blancs en neige et versez petit à petit le sucre quand ils commencent à mousser.

– Avec une maryse, ajoutez les jaunes d’œufs avant d’incorporer délicatement le mélange de maïzena et de farine tamisées.

– Sur du papier sulfurisé et à l’aide d’une poche à douille, dresser une spirale pour former un cercle d’environ 3 à 5cm plus petit que votre cercle à tarte.

– Enfournez 10 minutes et laissez refroidir.

La ganache : J-1
– Faites fondre le chocolat au bain-marie.

– Dans une casserole, versez la crème avec la vanille coupée et grattée, ajoutez l’extrait et la poudre de vanille et portez à ébullition.

– En trois fois, versez la crème sur le chocolat et travaillez à la maryse pour obtenir un mélange lisse et brillant. Passez le tout au mixeur.

– Prenez votre fond de tarte et versez-y 2/3 de la ganache et placez le biscuit cuillère dessus. Appuyez légèrement dessus.
A l’aide d’un pinceau, imbibez bien le biscuit de sirop.
Recouvrez le biscuit avec le reste de ganache.

– Placez au frigo pendant au minimum 4 heures.

Le glaçage : J-1
– Mélangez le sucre et la pectine.

– Faites fondre le chocolat au bain-marie.

– Dans une casserole, portez à ébullition l’eau, la crème et la vanille. Ôtez du feu et ajoutez le mélange sucre-pectine. Remettez sur le feu pour faire bouillir à nouveau.

– Versez la crème sur le chocolat et lissez avec une maryse. Ajoutez le colorant blanc.
Mixez le tout et stabilisez la température à 35°.

– Sortez le disque de crème de mascarpone du congélateur et débarrassez-le du rhodoïd et du film alimentaire. Placez-le sur une volette ou une grille et à l’aide d’une louche, versez le glaçage. Lissez avec une longue spatule pour que le glaçage soit le plus fin et le plus régulier possible.

– Déposez le disque sur la tarte.

– Saupoudrez de vanille en poudre un des « côtés » (si l’on ose dire qu’un cercle à un côté).

– Placez a frigo jusqu’au lendemain. Sortez la tarte au moment la dégustation.

Et voilà !
C’est un boulot monstre, mais le jeu en vaut la chandelle, croyez-moi !
Mon glaçage laisse un peu à désirer. Un peu trop liquide, il a pas mal coulé avant de commencer à se figer. Ma foi, il fallait bien qu’il y ai une coquille quelque part…

N’hésitez pas à me suivre sur Facebook et sur Instagram et à me dire en commentaire quelle(s) recette(s) vous aimeriez me voir réaliser :) !

Tarte Infiniment vanille.

Tarte Infiniment vanille.

Milk shake pêche-vanille

Milk shake pêche-vanille.

Milk shake pêche-vanille.

Cette semaine je vous propose une recette très simple à faire et tout aussi rapide.
Qui n’a jamais eu une envie de fraîcheur pendant une chaude journée d’été ? Avec ce milk shake vous pourrez vous rafraîchir de façon gourmande ;)

Liste des courses : (pour 2 milk shakes.)
– 2 pêches.
– un yaourt (nature ou non, selon votre goût).
– 2 sachets de sucre vanillé.
– 10cl de lait.
– une dizaine de glaçons.

Au boulot !
– Pelez les fruits et coupez-les en morceaux.

– Ajoutez le yaourt, le sucre vanillé, le lait et les glaçons et mixez le tout.

– Versez dans un joli verre, décorez selon votre inspiration et dégustez aussitôt ! :)
J’ai utilisé de la chantilly en saupoudrant de graines de vanille et en ajoutant la « cherry on the top ».

Et ce fut l’article le plus rapide que je n’ai jamais tapé !
Vous pouvez bien évidemment changer la recette en utilisant les fruits que vous voulez.
Vous pouvez également remplacer les glaçons, le sucre vanillé et le yaourt par des boules de glace à la vanille si vous avez de la glace en pot.

Haul #3

Haul #3.

Haul #3.

Mon dernier haul datant de décembre, il devenait urgent que j’en fasse un nouveau ! Évidemment, je n’ai pas pu passer autant de temps sans acheter du matériel de pâtisserie… Je vais donc vous donner quelques bonnes adresse où vous pourrez trouver votre bonheur :)

Je commence par Hema, magasin pour lequel je ne cache plus mon amour. Petits prix et pas mal de choix, c’est juste parfait.
– Un lot de moules à cake jetables. Tous mignons et pas chers, pour 4€ vous aurez de quoi faire 5 cakes et pourrez les emportez où vous voudrez. Ces moules vont directement au four, c’est l’idéal pour préparer un pique-nique.
– Un moule à charnière de 18cm. J’avais besoin d’un moule plus petit que ceux que j’ai déjà. Je l’ai utilisé pour mon « polka dots cake« . Le fait qu’il soit moins large permet d’avoir un gâteau plus haut. La qualité est plutôt bonne, par contre j’étais assez énervée de voir que la colle de l’étiquette ne voulait pas partir ! Okay c’est assez courant, mais avoir des résidus de colle sur la partie en contact avec le gâteau, c’est pas très cool… Après avoir frotté, frotté et encore frotté j’ai finalement réussi à en venir à bout !

Je continue avec DécoRelief. C’est un petit magasin professionnel à Paris. Il est beaucoup, beeeaucoup moins cher que Mora (ils sont dans la même rue) et le personnel y est très gentil. Je vous le recommande vivement !
– Des lots de cartons or. Je cherchais ces fameux cartons or depuis un bon bout de temps parce qu’ils donnent un rendu professionnel à vos gâteaux servis en famille ou entre amis, mais quand j’allais à Mora j’hésitais pas mal à en prendre parce qu’ils les vendent en grande quantité et ce, à prix très élevé. A DécoRelief ils proposent des paquets de 10 pour une poignée d’Euro. J’ai opté pour deux lots de cartons ronds de tailles différentes et un lot de cartons carrés.
– Des feuilles guitare idéal pour travailler le chocolat. Sur le site elles sont vendues par 500, ce qui fait quand même beaucoup, mais en magasin elles sont vendues par 10.
– Un pot d’un kilo de fondant. Toujours pratique pour glacer des choux ! Avant j’achetais mon fondant chez CerfDellier où il est moins cher de 2€, mais avec les frais de port il revient plus cher.

J’enchaine avec Du Bruit Dans la Cuisine. Ils ont toujours un site Internet à chier. Pardonnez mon vocabulaire, mais je ne supporte pas quand les magasins ne proposent pas de boutique en ligne ou juste un catalogue qui permet de se donner une idée de leurs produits et de leurs prix. A part ça, le magasin en lui-même est top !
– Un livre de recettes de mug cakes. Évidement, qui dit pas de boutique en ligne, dit pas de lien direct vers l’article en question. Je l’ai feuilleté à plusieurs reprises, mais je n’ai pas encore réalisé une seule de recette. C’est promis je vous en proposerai une très prochainement :) Le livre est assez complet, il y en a pour tous les goûts !
– Un lot de 4 cercles à tartelettes. En l’occurrence c’était un cadeau d’anniversaire (tout comme le livre sur les mug cakes, d’ailleurs) et j’étais très heureuse de l’avoir ! Je m’en suis servie pour mes tartelettes menthe-fraises. J’ai trouvé le fonçage de ces cercles plus difficile qu’avec un cercle de taille normale, mais je pense que c’est un coup de main à prendre ;)
– Un « cercle » à tarte de forme carrée. Alors lui je l’ai depuis pas mal de temps et j’ai failli oublié de le mettre dans ce haul. Je l’ai utilisé dans ma tarte pistache-framboises que j’ai d’ailleurs refaite pour mon anniversaire (oui, je me suis payé un petit kiff au passage ;) ). C’est un bon cadre, mais les bords étant plus fins que dans un cercle classique, ils ont tendance à trancher la pâte à tarte pendant que vous êtes en train de foncer… C’est très embêtant, mais là aussi c’est un coup de main à prendre !
– Une corne de pâtissier, un ustensile super pratique qui coûte deux fois rien et que je n’avais pourtant pas encore dans mes placards. C’est maintenant chose faite ! (après avoir relu mon article, je me rends compte que j’ai complétement oublié de la mettre sur la photo… oops!)

On passe à Yves Rocher. Oui… Yves Rocher…
– Vous allez vous demander quel est le rapport encore un magasin de produits de beauté et la pâtisserie. Eh bien figurez-vous qu’il y a quelques temps ils ont proposé une petite glacière pour les détenteurs de la carte de fidélité. Moi qui ne vais d’habitude jamais chercher ces cadeaux, cette fois-ci j’ai sauté sur l’occasion ! Cette glacière est juste parfaite pour transporter les gâteaux ! Elle a pile poil la bonne taille et elle se range super facilement, puisque quand elle est vide elle peut se plier en un simple carré d’une trentaine de centimètres carrés et de même pas 5cm d’épaisseur. L’idée du siècle chez Yves Rocher !

Petit détour chez Darty.
– J’avais besoin d’un nouveau mixeur puisque celui que j’avais jusqu’à maintenant datait du mariage de mes parents et il me faisait subir ces sauts d’humeur en refusant de fonctionner de temps à autre. Résultat, j’en ai demandé un nouveau pour mon anniversaire. Malheureusement j’ai été assez déçue. Je me sers principalement de mon mixeur pour rendre ma poudre d’amandes encore plus fine, mais celui-ci n’est pas très performant. Les lames coupent parfaitement, il n’y a aucun souci à ce niveau-là, mais il n’est peut-être pas assez puissant, malgré ses quatre vitesses. Ça me prend maintenant une éternité pour arriver au résultat que j’avais en trente secondes avec mon vieux mixeur… Je l’ai aussi utilisé en presse-agrumes, mais là il n’y a aucun problème. Je pense qu’il faut que j’apprenne à le dompter ;)

A droite à et à gauche… je ne sais pas d’où ces articles proviennent puisqu’ils m’ont été offert.
– Un sac-à-tarte. Alors que je pensais sérieusement que j’allais m’en fabriquer un, on m’a offert ce sac qui permet de transporter des tartes (ou même des gâteaux) facilement. Je ne l’ai pas encore utilisé, mais je trouve l’idée super !
– Et le meilleur pour la fin ! Encore pour mon anniversaire, mes amis m’ont offert une veste professionnelle, brodée à mon nom. N’allez pas vous imaginer que j’en avais besoin pour pâtisser dans ma cuisine, mais elle me servira pour la rentrée. En effet j’ai décidé de reprendre mes études et de passer le CAP Pâtissier ! Je pense que je m’étendrai plus sur le sujet dans un article où ce sera plus approprié :)

Voilà ! C’est tout pour ce haul !  J’ai très certainement oublié quelques petits trucs, mais si je n’y ai pas pensé, c’est qu’ils ne devaient pas être important. J’essayerais d’attendre moins longtemps pour le prochain article de ce genre pour éviter de vous servir un pavé comme celui-là la prochaine fois :)

Polka dots cake

Polka dots cake.

Polka dots cake.

En traînant à droite et à gauche sur divers sites Internet je suis tombée sur ce gâteau plus que mignon et j’ai absolument voulu essayer de le faire ! Ça fait donc plusieurs mois que je garde cette idée de gâteau à pois sous le bras en attendant le bon événement pour le réaliser. Étant donné que c’est un gâteau très gros, il fallait que je sois sûre d’avoir assez de bouches à nourrir avec, et quoi de mieux qu’un anniversaire-pique-nique pour ça ?
Je tiens d’ailleurs à m’excuser pour la pauvre qualité des photos, mais je les ai prises sur le vif, à même la couverture de pique-nique, loin des jolies photos que j’essaye de faire pour chacun de mes articles.

Qui dit gros gâteau, dit beaucoup de temps passé en cuisine. C’était une vraie torture d’allumer mon four pendant plusieurs heures alors qu’il fait déjà une chaleur insupportable à cause d’une vague de chaleur, mais bon, il faut savoir prendre sur soi.
Malheureusement l’étape de la pâte-à-sucre a été très délicate du fait de cette chaleur (plus de 35° au thermomètre de ma cuisine), elle se fondait, se déchirait, une vraie cata ! J’ai essayé de rattraper le coup comme j’ai pu, mais le résultat n’était pas à la hauteur de ce que j’avais en tête pour ce gâteau. Cela dit, ça n’a pas empêché mes amies de le dévorer ;)

Pour information, j’ai utilisé un moule à gâteau de 18cm de diamètre. Ce gâteau n’est donc pas très large, mais il est en revanche très haut. Il vous faudra également des moules à cake pops.

Liste des courses :
Pour les pois : (c’est une base de gâteau au yaourt)
– un pot de yaourt.
– 2 œufs.
– 3 pots de farine.
– 2 pots de sucre.
– un pot d’huile.
– un sachet de levure chimique.

Pour le gâteau blanc :
– 6 blancs d’œufs.
– 250gr de sucre.
– 250gr de farine.
– 50gr de poudre d’amandes.
– 180gr de beurre.
– un citron.

Pour le montage :
– 80gr de beurre mou.
– 150gr de sucre glace.
– 300gr de Philadelphia.
– 450gr de pâte-à-sucre.
– des Smarties.

Au boulot !
Les pois :
– Préchauffez le four à 180°.

– Dans un saladier, mélangez le yaourt avec le sucre et les œufs jusqu’à ce que le mélange soit homogène et onctueux.
Ajoutez ensuite l’huile.

– En plusieurs fois, ajoutez la farine et la levure.

– Séparez l’appareil en autant de parties que vous souhaitez de couleur pour vos pois. Moi j’en ai fait 6 : rouge, orange, jaune, vert, bleu et violet.
Versez les couleurs dans vos moules à cake pops et enfournez pendant une petite vingtaine de minutes.

Le gâteau blanc :
– Gardez votre four à 180°

– Faites fondre le beurre au micro-ondes et ajoutez-y le zeste du citron ainsi que son jus.

– Montrez les blancs en neige puis ajoutez-y le sucre en poudre.

– Ajoutez ensuite la farine en pluie, puis le mélange de beurre et de citron.

– Séparez l’appareil en trois parties égales.

– Au fond de votre moule, placez 1/3 de vos pois avant de verser la première partie du gâteau blanc dessus. Essayez d’égaliser la surface.

– Enfournez pendant une vingtaine de minutes et recommencez l’opération encore deux fois puis laissez refroidir.
Ne vous inquiétez pas, les pois ne seront pas plus sec que le reste du gâteau. Ils resteront moelleux comme il faut ;)

Le montage :
– Battez le beurre avec le sucre glace jusqu’à ce que le mélange devienne crémeux, puis ajoutez-y le Philadelphia et battez à puissance maximale pour bien serrer le glaçage.

– Étalez une couche de glaçage sur le premier gâteau et déposez le second dessus et recommencez pour le troisième.
Étalez ensuite du glaçage sur les côtés du gâteau et placez-le au congélateur pendant une quinzaine de minutes.
Étalez une nouvelle couche de glaçage, elle servira à faire tenir la pâte-à-sucre.

– Abaissez la pâte-à-sucre et placez-la sur le gâteau.
Les bandes de couleurs sur mon gâteau servent de cache-misère, pour camoufler les endroits où ma pâte-à-sucre s’est déchirée. Si cela vous arrive, vous pouvez me piquer mon idée ;)

– Pour coller les Smarties, j’ai légèrement humidifié la pâte-à-sucre pour qu’elle devienne collante et qu’ils adhèrent parfaitement.

– Conservez au frigo et dégustez ! :)

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé de ma recette et à m’envoyer les photos de vos gâteaux, j’adore ça !

Tartelette menthe-fraises et sa couronne de chocolat

Tarlette menthe-fraises et sa couronne de chocolat.

Tartelette menthe-fraises et sa couronne de chocolat.

J’avais à la fois envie de faire quelque chose de joli et d’utiliser les mini-cercles à tartes que j’ai reçu à mon anniversaire (je vous ferai un nouveau haul d’ici peu !). J’ai laissé mon imagination travailler et elle en est ressortie avec cette recette que je vous propose aujourd’hui, j’espère qu’elle vous plaira !
Elle allie deux saveurs fraîches de l’été : la menthe et la fraise. Ces deux-là vont si bien ensemble…

Liste des courses : (pour environ 6 tartelettes.)
Pour la pâte sablée :
– 1 jaune d’œuf.
– 70gr de sucre.
– 5cl de lait.
– 250gr de farine.
– 1 pincée de sel.
– 125gr de beurre froid.

Pour la crème pâtissière à la menthe :
– 3 jaunes d’œufs.
– 45gr de sucre.
– 20gr de farine.
– 10gr de Maïzena
– 400cl de lait.
– une bonne poignée de feuilles de menthe.
– quelques gouttes de jus de citron.
– quelques gouttes d’extrait de vanille.

Pour le dressage :
– 50gr de chocolat noir.
– une grosse barquette de fraises.

Au boulot !
La pâte sablée :
– Blanchissez le jaune d’œuf avec le sucre, puis versez le lait pour délayer le mélange.

– Du bout des doigts, travaillez la farine et la pincée de sel avec le beurre coupé en dés jusqu’à l’obtention d’un aspect sablé et sans morceau de beurre.

– Formez un puits au centre de la pâte et versez le mélange œuf-lait. Travaillez jusqu’à pouvoir former une boule.

– Filmez la boule de pâte et placez-la au frigo pendant au moins une heure.
Pendant ce temps, vous pouvez réaliser les couronnes de chocolat : le descriptif de l’étape se trouve dans la partie « dressage » de cet article.

– Après avoir fait reposer la pâte au frigo, foncez vos cercles à tartelettes puis mettez-les aux frais pendant encore une heure minimum.
Pendant ce temps, vous pouvez réaliser la partie « infusion » de la crème pâtissière à la menthe qui se trouve juste en dessous de ce paragraphe.

– Préchauffez le four à 180° avant d’enfourner les tartelettes pendant une vingtaine de minutes puis laissez refroidir.

La crème :
– Versez le lait dans une casserole et chauffez-le à feu très doux, le plus doux possible !
Rincez les feuilles de menthe sous un filet d’eau pour les débarrasser des éventuelles petites bestioles ou petites saletés. Épongez-les brièvement dans de l’essuie-tout, puis pressez-les dans vos doigts au dessus du lait pour y faire tomber quelques gouttes très concentrées en menthe. Jetez ensuite ces feuilles dans le lait.
Pendant près d’une heure, jouez avec la puissance du feu en alternant les ébullitions, les frémissements et en coupant le feu de temps en temps pour bien laisser infuser la menthe dans le lait.
Ajoutez quelques gouttes de jus de citron et d’extrait de vanille pour que le goût soit encore plus prononcé.

– Après avoir cuit les fonds de tartes, battez les jaunes d’œufs avec le sucre dans un saladier pour les faire blanchir. Ajoutez ensuite la farine et la Maïzena.

– Filtrez le lait pour le débarrasser des feuilles de menthe. Assurez-vous que la quantité de lait n’a pas trop diminué pendant l’infusion, sinon rajoutez-en pour retrouver les 400cl du départ.

– Versez la moitié du lait parfumé à la menthe sur le mélange à base de jaunes œufs et mélangez au fouet pendant une trentaine de secondes, puis versez-le dans la casserole avec le reste du lait et remettez sur le feu.
Travaillez la crème au fouet sans arrêter jusqu’à ce qu’elle épaississe.

– Versez la crème dans les fonds de tarte et laissez refroidir à température ambiante.

Le dressage :
– Faites fondre le chocolat et coulez-le sur une feuille-guitare ou une feuille de papier sulfurisé si vous n’en avez pas et laissez refroidir et durcir à température ambiante. Vous pouvez bien évidement tempérer le chocolat pour qu’il ressorte brillant.
Si vous le mettez tout de suite au réfrigérateur au mieux le chocolat va se contracter et la feuille va se gondoler, au pire le choc thermique va faire craquer la couche de chocolat.

– Une fois que le chocolat a complètement durci, vous pouvez le placer au frais pour le « serrer » ou simplement le conserver pour plus tard si vous souhaitez monter les tartelettes le lendemain, par exempte.

– Déposez les fraises sur les tartelettes.

– Prenez le chocolat et découpez un cercle avec un emporte-pièce rond, puis avec un emporte-pièce plus petit, faites un trou dans le  disque de chocolat.

– Déposez la couronne sur une des fraises et décorez d’une feuille de menthe.

Brioche crème-myrtilles

Brioche crème&myrtilles.

Brioche crème&myrtilles.

Il me restait un petit peu de myrtilles sur les bras, j’ai donc choisi de les utiliser dans une brioche. Pour cela, j’ai emprunté une recette trouvée ici.

Liste des courses :
Pour la brioche :
– un sachet de levure de boulanger.
– 12cl de lait.
– 60gr de beurre.
– 300gr de farine.
– 80gr de sucre.
– un sachet de sucre vanillé.
– une grosse pincée de sel.
– un œuf.

Pour la crème pâtissière :
– 2 jaunes d’œufs.
– 30gr de sucre.
– 13gr de farine.
– 7gr de Maïzena
– 20cl de lait.
– une demi-gousse de vanille.
+ une barquette de myrtilles (vous pouvez aussi utiliser des fruits secs ou des pépites de chocolat).

Au boulot !
La brioche :
– Faites tiédir quelques secondes 1/3 du lait avec une cuillère à café de sucre avant d’y ajouter la levure. Le lait ne doit pas être trop chaud pour ne pas tuer la levure.

– Faites chauffer les 2/3 de lait restants avec le beurre pour le faire fondre.

– Dans un cul-de-poule, mélanger la farine, le sucre, le sucre vanillé et la grosse pincée de sel.
Cassez l’œuf au centre du mélange et malaxez quelques instants avant d’ajouter le lait et le beurre fondu et finir par la levure.
Pétrissez pendant une dizaine, voire une quinzaine de minutes, jusqu’à ce que la pâte devienne souple et élastique.

– Formez une boule que vous remettez dans le cul-de-poule pour la laisser pousser 1h30, de préférence dans un endroit chaud.
Au bout de 1h30, dégazez la pâte en la travaillant brièvement pour enlever le gaz produit par la levure.

– Replacez la pâte dans le cul-de-poule, couvrez-la et placez-la au réfrigérateur pendant une nuit.

– Le lendemain, sortez la pâte du réfrigérateur pour la laisser se réchauffer à température ambiante pendant que vous préparez la crème pâtissière.

La crème :
– Dans un saladier, battez les jaunes d’œufs avec le sucre pour les faire blanchir. Ajoutez ensuite la farine et la Maïzena.

– Coupez la moitié d’une gousse de vanille pour en extraire les graines et les mettre dans le lait. Portez le lait à ébullition.

– Quand le lait bout, retirez aussitôt du feu et versez la moitié sur le mélange à base de jaunes œufs et mélangez au fouet pendant une trentaine de secondes, puis versez-le dans la casserole avec le reste du lait et remettez sur le feu.
Travaillez la crème au fouet sans arrêter jusqu’à ce qu’elle épaississe.

Le dressage :
– Sur un plan de travail fleuré (fariné) étalez la pâte en un rectangle, puis découpez-là de cette façon :
Pensez à faire des bandes assez larges, les miennes étaient trop fines à mon goût.

– Étalez la crème pâtissière au centre de la pâte et déposez les myrtilles dessus.

– Rabattez les extrémités de pâte sur la crème puis commencez le tressage en rabattant une bande de gauche sur une bande de droit et répétez ce mouvement jusqu’au bout de la brioche.

– Badigeonnez la brioche de lait et laissez-la poser 30 minutes à température ambiante.

– Enfournez-la ensuite pendant 15 minutes à 180° en chaleur tournante.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 206 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :